- Ce n’est pas en faisant de la politique qu’on peut changer le monde...

Faire de la politique, ça implique l’acceptation du système en place, d’agir dans son cadre et des respecter les règles qui le caractérisent.

Etre anti-cons, ce n’est pas faire de la politique. Cette simple phrase montre la non-acceptation du “politiquement correct” qui est un piège à niais : ceux qui se sont approprié le pouvoir et les richesses ne veulent pas être importunés... Ramez, crevez, mais soyez polis.

Il est possible d’agir intelligemment, en respectant ceux qui le méritent, mais avoir des égards pour ceux qui ne cherchent qu’à vous utiliser et vous crever de manière de moins en moins occulte, ça relève de la psychiatrie : idiotie profonde ou masochisme.

Les conditionnements empilés font qu'on a tendance à accepter ce qui paraissait intolérable avant. Il est clair et net qu'il y a une perte générale de libre-arbitre chez les gens. D'un autre côté, les faits sont de plus en plus graves et visibles, flagrants... même pour un regard embrumé, empêtré dans le "politiquement correct". Mais je doute que les coincés du “politiquement correct” prennent vraiment conscience du sens de ces propos.

Nous plongeons "allègrement" dans un nouveau moyen-âge. Et compte tenu que l'extinction des valeurs humaines fait partie de la nouvelle "évolution", ceux qui se sont offusqués des propos de Le Pen (détails de l'histoire) pourraient bien lui donner raison en constatant ce qui nous attend.


aux4vents