"J'ai raison, tu as tort..." L'éternelle question de faire la part des choses.


La plupart des gens ont tendance à penser que "LA" logique n'existe pas, que chacun a la sienne et qu'elle dépend de la couleur des lunettes qu'il a sur le nez.... Autrement dit, que c'est la subjectivité qui mène le bal.

Cette approche des choses fait le jeu des dérapages religieux ou d'autres dictatures.

Pourtant, si on s'en donne la peine, il est possible de différencier ce qui est juste de ce qui ne l'est pas, le "bien" du "mal", etc.

Hors de tout référentiel, le "bien" comme le "mal" ne veulent rien dire, pas plus que "haut” et le "bas", le "chaud" et le "froid", etc.
Donc, pour pouvoir déterminer de façon la plus exacte possible ce que représentent ces qualificatifs, il faut non seulement déterminer avec précision ce à quoi ils se réfèrent, mais aussi connaître le mieux possible les caractéristiques de ce référent.

Il n'y a qu'une solution pour cela : la pensée objective.
C'est un peu un cercle vicieux si on n'utilise pas une méthode "carrée" : comment un individu subjectif par nature peut penser objectivement....

Ca me paraît simple : il faut faire la preuve, à chaque pas qu'on fait, que ce qu'on a acquis est juste.... de façon à ne pas construire des cathédrales sur des marécages.
On peut faire la preuve de la réalité des choses, cette preuve n'est valable que dans le monde matériel qui nous entoure, mais c'est bien là l'univers où nous vivons, donc, c'est juste pour nous et pour tout ce qui nous entoure.
C'est plus ou moins facile, selon les cas, de faire la preuve des choses... par la logique de fonctionnement.

Exemple : un hélicoptère, ce n'est rien de plus qu'un judicieux assemblage de minéraux et autres matériaux... un tantinet complexe tout de même, mais il y a plus compliqué.
Si on me donne tous les éléments nécessaires à la construction de cet hélico, que je les assemble selon “MA” logique et non selon “LA” logique, l'hélico ne volera pas.
Bien sûr, la perfection n'existe pas, le but est de se rapprocher le plus possible de la réalité, comme on se rapproche d'une courbe parfaite en multipliant les segments de droite qui la composent.
Si je monte une serrure de porte à l'envers, ça ne l'empêchera pas de voler (sauf systèmes de sécurité), j'aurais peut-être fait une toute petite entorse à LA logique; mais s’il vole, le but global sera atteint, donc la preuve faite.

Le "bien" et le "mal" relatifs à l'humain.... Faut d'abord déterminer de façon sûre ce qu'est l'humain, en le "disséquant" (le coup "de l'hélicoptère" inversé). A la suite de ça, par la logique de fonctionnement on peut savoir ce qui est bien ou mauvais pour lui... en se limitant bien sûr au "rationnel global".

>> Mais tout cela n'autorise personne à décider seul de ce qui concerne les autres. <<


aux4vents